Foi, Science, Action,
Mr Bakenga Partage aux journalistes sa connaissance sur la gestion des conflits

Mr Bakenga Partage aux journalistes sa connaissance sur la gestion des conflits

Diffuser des informations correctes et non partisanes, se méfier de toute tentative de corruption, respecter le professionnalisme en se conformant à la déontologie du journalisme : Telles sont les quelques orientions parmi tant d’autres faites comme moyen du journaliste de se crédibiliser et se sécuriser dans l’exercice de leur fonction.  C’était à l’occasion de l’atelier que le service de l’ULPGL-média a organisé à l’intention des journalistes invités du Burundi, du Rwanda et de l’Est de la République Démocratique du Congo. Les journalistes congolais étaient de Beni, de Masisi , de Rutshuru et de Goma. Le journaliste doit éviter tout objet de nature à créer la suspicion autour de lui dans l’exercice de sa fonction. La tenue militaire, le t-shirt avec effigie d’un candidat, le drapelet et les dépliants contenant des armoiries d’un parti politique sont à éviter, a martelé la formatrice. Toutefois le journaliste peut causer librement avec tout le monde mais il doit éviter de faire une forme de propagande d’un candidat et garder sa neutralité en période électorale. Il informe la population sur le déroulement des votes mais se réserve de proclamer les résultats des élections  dans un centre de vote avant la commission électorale.

Par ailleurs, vu que les élections dans les pays des Grands lacs s’annoncent difficiles, le programme de l’atelier a prévu une communication concernant la résolution des conflits. Dans son intervention, Monsieur Bakenga Akilimali, directeur en charge de la communication de l’ULPGL-Goma a développé les outils de compréhension et d’analyse des conflits. Le mapping, l’arbre à conflits, le triangle des conflits, l’analyse des forces et des faiblesses et le do no harm sont les quelques stratégies abordées à l’intention du journaliste. L’objectif est de renforcer les journalistes à jouer leur rôle en période des conflits. L’atelier a été, pour des journalistes restés longtemps méfiants entre eux à la suite des préjugés dus à une vingtaine des conflits, une opportunité de rencontre. Les préjugés ont laissé la place à une nouvelle relation de confiance et de fraternité.

Dieudonné Bakenga Akilimali.

Print Friendly