Publié le : 28 septembre 2021

PRESENTATION DE LA SEMAINE SCIENTIFIQUE INTERDISCIPLINAIRE DE L’ANNEE ACADEMIQUE 2020-2021, DU 27 – 30 SEPTEMBRE 2021, PAR LE SECRETAIRE GENERAL ACADEMIQUE

  • Excellence Mr le Gouverneur de la Province du Nord Kivu ;
  • Honorables députés nationaux et provinciaux ;
  • Mr le Maire de la Ville de Goma ;
  • Mr le Bourgmestre de la Commune de Goma ;
  • Mr le Bourgmestre de la Commune de Karisimbi ;
  • Mr le Recteur de l’ULPGL/Goma ;
  • Messieurs les membres du Comité de Gestion de l’ULPGL/Goma ;
  • Mesdames et Messieurs membres du corps académique et scientifique de l’ULPGL/Goma ;
  • Mesdames et Messieurs membres du corps administratif, technique et ouvrier de l’ULPGL/Goma ;
  • Distingués invités en vos titres et qualités respectifs ;
  • Chers étudiantes et étudiants ;   

Bonjour,

Fidèle à sa tradition, l’Université Libre des Pays des Grands Lacs, ULPGL/Goma, organise au cours de chaque année académique des journées scientifiques pour faire un état lieu de l’avancement de la recherche en son sein. Les journées scientifiques sont des opportunités accordées aux scientifiques d’échanger sur les résultats de recherches réalisées individuellement et/ou collectivement. En favorisant ces échanges, il est envisagé une possibilité d’émergence de nouveaux projets et/ou l’exploration de nouveaux champs de recherche pour répondre aux enjeux de l’innovation, de la nouvelle technologie de l’information et de la communication. La société étant dynamique, les chercheurs doivent s’adapter à toutes ses réalités et lui offrir des données fiables et vérifiables en vue de renseigner les politiques publiques nécessaires pour le bien-être de toutes et de tous.

En effet, les manifestations scientifiques sont des moments favorables de rendre compte, visible et lisible notamment la recherche transdisciplinaire réalisée, la reconnaissance de la qualité de l’enseignement académique dispensé, le développement des liens entre l’université/l’universitaire et sa société.

Il s’agit d’un salon scientifique d’émergence de la valeur de la pensée, de l’intelligence et de la science. L’ignorance de cette dimension sociétale fait que le pays soit soumis aux aléas des modèles de tous bords, selon le Prix Nobel de la Paix, Dr Denis Mukwege.[1] Rien d’étonnant de voir toutes les impasses, les misères, la pauvreté abjecte, un espace congolais lié à la mollesse de l’intelligence, l’absence de la capacité d’initiative créatrice. La lutte de positionnement politique l’emporte sur les fondamentaux non négociables d’un monde de liberté, de changement positif et de valorisation de l’être humain. L’intellectuel doit se lever, prendre conscience et éclairer. C’est ici le lieu de rappeler que l’intellectuel est esprit, l’homme de conscience est histoire. L’universitaire n’est pas une nature donnée une fois pour toutes, il doit toujours chercher, s’interroger et se considérer comme un être créé dans un état d’inachèvement. L’homme de science est action, il crée, invente, produit des œuvres de l’esprit. Son travail doit contribuer au développement de la société.[2] Il ne doit pas être surpris par les innovations, les inventions, les événements mais en être pionniers. Les événements autour de lui renseignent de nouvelles sources d’inspiration pour de recherche scientifique susceptibles de générées de solutions idoines aux problématiques soulevées.

En vue d’asseoir la philosophie sus présentée et valoriser la recherche à l’ULPGL/Goma, les journées scientifiques au cours de cette année académique, 2020-2021, sont organisées de manière à favoriser l’interdisciplinarité. Les facultés sont reparties en deux grands pools :

  • Pool I : Faculté de Théologie, Faculté de Droit, Faculté de Sciences Economiques et de Gestion, Faculté de Psychologie et de Sciences l’Education ;
  • Pool II : Faculté des Sciences et Technologies Appliquées, Faculté de Médecine, Faculté de Santé et Développement Communautaires.

 Pendant quatre jours, les participants à ces journées scientifiques vont cogiter avec les chercheurs, approfondir les problématiques soulevées, interroger les maquettes des hypothèses scrutées et concevoir de nouveaux champs ou projets de recherche. Les travaux seront sanctionnés par des publications sous la direction d’un comité scientifique et pédagogique ad hoc instituée.

Les facultés ont défini des thèmes et sous thèmes selon les questions d’actualité dans les domaines respectifs et susceptibles d’intéresser plus d’un chercheur au pays et au-delà des frontières nationales. Elles ont accordé l’opportunité à toute personne intéressée à pouvoir soumettre un abstract (résumé) au comité scientifique et pédagogique pour appréciation. Il était prévu que toute personne vivant en dehors de la ville de Goma, dont l’abstract aurait été sélectionné, pourrait se payer le billet de voyage à partir du pays de résidence jusqu’à Goma. L’ULPGL devrait prendre en charge son séjour à Goma.

Dans le pool I, il est rappelé que la maladie à coronavirus (COVID-19) est apparue pour la première fois à Wuhan (Chine) en décembre 2019 et s’est répandue rapidement dans le monde entier. En République Démocratique du Congo (RDC), le premier cas fut déclaré au début du mois de mars 2020 alors que l’épidémie d’Ebola se poursuivait dans l’Est du pays.

Les mesures pour tenter de limiter l’expansion ainsi que les conséquences désastreuses du Covid-19 ont entrainé, d’une part, une réduction des activités dans presque tous les secteurs de la vie socio-économique du pays. Cette situation a provoqué une crise économique qui a eu des effets dévastateurs sur des familles. D’autre part, le cadre juridique et réglementaire de lutte contre la propagation du COVID-19 a profondément affecté les valeurs des droits fondamentaux en ce sens certaines libertés individuelles et collectives ont été restreintes, des implications en matière contractuelle, la suspension du contrat de travail, la fermeture des lieux de culte et des écoles, un impact psychologique suite au taux élevé de stress ou d’anxiété, etc.

En outre, l’éruption du volcan Nyiragongo le 22 mai 2021 a entrainé la perte de milliers de capitaux et perturbé la situation économique et humanitaire dans le grand Kivu affecté déjà par la pandémie du Covid-19 et du virus Ebola.

Face à cette crise multiforme, les têtes pensantes et savantes de l’ULPGL/Goma, à travers les Facultés de théologie, de droit, des sciences économiques et de gestion ainsi que de Psychologie et des sciences de l’éducation discutent autour de l’« incidence socio-économique de la Covid-19 et de l’éruption volcanique du 22 mai 2021 sur la population dans l’Est de la République Démocratique du Congo ».

Dans le deuxième Pool, il est noté que la bonne santé et le bien-être social font partie des objectifs de développement durable. Un citoyen en bonne santé contribue efficacement à l’effort national et au combat contre la pauvreté. L’adoption d’une bonne politique nationale de santé rend plus efficace et efficiente la gestion de tout l’écosystème sanitaire du pays. Pour rappel, le déficit d’information sur une quelconque maladie ou la prise en charge inefficace et insuffisante d’une maladie contagieuse peut induire à de graves conséquences sur toute une population et ainsi bloquer toute activité économique d’un pays.

Alors, en optant pour l’introduction de la technologie de l’information et de la communication dans ce domaine d’activité, le pays se donne la chance d’une appréciation beaucoup plus juste de chaque situation et ainsi les décisions de gestion prises sont optimisées. Les NTIC permettent une gestion plus efficace et efficiente des structures sanitaires et des patients grâce à la tenue de manière professionnelle de la base de données, d’une part. Et d’autre part, elles favorisent un suivi efficace des patients et un bon aménagement de la santé publique grâce aux informations recueillies. D’où, la nécessité d’aborder le thème sur « la nouvelle technologie de l’information et de la communication (NTIC) et la santé publique ».

L’occasion faisant le larron, nous présentons tous nos remerciements aux facultés et aux chercheurs qui ont travaillé d’arrache pieds. Notre présence démontre à suffisance que vous n’avez pas travaillé en vain. Nous devons aussi remercier nos services qui ne ménagent aucun effort en veillant au quotidien au respect de notre du calendrier académique de cette année académique qui sera clôturée ce 30 octobre 2021 par les cérémonies de collation des grades académiques.

Tout en invitant tous les participants à une assiduité au cours des travaux, nous souhaitons à toutes et à tous des échanges fructueux.

Merci pour votre attention

Fait à Goma, le 27 Septembre 2021

Le Secrétaire Général Académique

Dr. Kennedy KIHANGI BINDU

Professeur Ordinaire


[1] Denis Mukwege, “ Intellectuels congolais : Mission et devoir dans une nation en péril ”, Revue Africaine de la Démocratie et de la Gouvernance, RADG, Vol. 4, No 3 & 4, 2017, Pages 24/25 ; Kennedy Kihangi Bindu, « Agir pour une citoyenneté responsable et renouvelée, une priorité pour la RD Congo », in Réseau Elikya, « Goma, La renaissance du Phénix », Magazine, No 2, Mai 2021, Page 8.

[2] Jean Paul Segihobe Bigira, Discours prononcé à l’occasion de l’ouverture de la première édition d’exposition des œuvres de l’esprit à Goma, l’émergence du savoir dans l’assurance qualité : recueil de discours du Recteur de l’Université de Goma, Presses de l’UNIGOM, 2016, p.8.

Lieu : Amphithéâtre de la FSTA/ULPGL-Goma

1ere et 2eme journée : Pool 1 Facultés intervenantes :

  • Droit,
  • Psychologie et Sciences de l’éducation,
  • Sciences économiques et de gestion.
  • Théologie,

3ere et 4eme journée : Pool 2 Facultés intervenantes :

  • Médecine,
  • Santé et Développement Communautaires,
  • Sciences et Technologies Appliquées

Le Secrétaire General Académiaque
Prof Kennedy Kihangi Bindu