Foi, Science, Action,

20160928_140859_56811

« Le manque de la communication tout comme la communication mal gérée tue l’institution ». Cette idée a été longuement partagée dans un atelier de formation sur la communication interne organisée à l’ULPGL- Goma. C’est en date du 28 septembre 2016 que Monsieur Bakenga Akilimali, Directeur en charge de la communication de l’ULPGL a organisé l’atelier. Avec des participants interactifs, ils ont souhaité une communication régulière au sein de l’ULPGL  afin d’assurer la transparence et la bonne gestion. Informer et s’informer concernant les opportunités, les atouts et les défis institutionnels de nature à assurer le bon rendement et la bonne réputation.

La négligence de l’information donne lieu à la frustration et aux rumeurs qui peuvent entraîner la désorganisation institutionnelle jusqu’à la mauvaise réputation, ont  conclu les participants. Il faut donc communiquer entre collègues et communiquer avec les autorités hiérarchiques et les subalternes. Ils ont révélé, séance tenante, quelques outils de communication auxquels le personnel de l’ULPGL est  invité à s’accoutumer. Parmi ceux-ci, les réunions, le téléphone, l’internet et l’intranet, les réseaux sociaux, les panneaux d’affichage, les lettres, les boîtes de suggestion. Les participants ont  insisté sur une communication claire, correcte et transparente. Selon les conclusions des participants, l’information doit répondre au principe des 5 W (who=qui, What=quoi, Where=où, When=quand, Why=pourquoi and how= comment). En communiquant une information, il faut savoir qu’est ce qu’on veut communiquer, de qui et d’où ça vient, c’est de quand et pour quoi cette information.

Par ailleurs, en introduisant l’atelier, Monsieur Bakenga l’a circonscrit dans le cadre de la paix et le développement institutionnels. Il a conféré qu’au delà de la communication interne, l’ULPGL forme régulièrement des journalistes des radios communautaires du Nord et du Sud-Kivu, du Rwanda et du Burundi de manière à contribuer à la cohésion transfrontalière. Une bonne communication est un excellent instrument de la paix et du développement, a rappelé monsieur Bakenga. Vu que l’ULPGL constitue en soit une communauté suffisante, la formation sur la bonne communication est une nécessité.

Cet atelier  a réuni le personnel des facultés de Théologie et de  la Santé et Développement Communautaires de l’ULPGL. Les participants ont exprimé leur satisfaction pour les nouvelles connaissances acquises. Ils ont souhaité que des séances du genre se multiplient au sein de l’ULPGL et qu’elles s’étendent à d’autres facultés et à tout le personnel tant scientifique qu’administratif.

Dieudonné Bakenga Akilimali.

Print Friendly