Foi, Science, Action,

La Faculté des sciences économiques et de gestion de l’Université Libre des Pays des Grands Lacs a organisé, en date du 30 mai 2018 une journée scientifique autour du thème «Agriculture, microfinance et lutte contre la pauvreté en République Démocratique du Congo (RDC)».

L’objectif de cette journée était d’amener les chercheurs, les acteurs des secteurs publics et privés à contribuer par leur réflexion à la relance d’une croissance économique diversifiée susceptible de réduire significativement la pauvreté en RDC d’ici 2030.

Pour atteindre cet objectif, sept sous-thèmes ont été développé : Adoption des technologies agricoles et bien-être des ménages en RDC, dépendance alimentaire en RDC, microfinance, outil de réduction ou d’aggravation de la pauvreté en RDC, politique agricole et lutte contre la pauvreté au Nord-Kivu, le financement du secteur agricole par les banques commerciales, de la nécessité d’une approche institutionnelle dans l’analyse du développement économique et de la pauvreté et les risques exogènes d’investissements locaux et conflits socio-politiques au Nord-Kivu. Les orateurs du jour ont formulé d’importantes recommandations pour sortir la population de la situation de la pauvreté dans le contexte post conflit en Rdc. D’une part, il faut mettre en place des organes d’échanges de connaissances et d’expériences concrètes sur la réussite de la transition de l’agriculture vers le secteur industriel en associant les scientifiques dans le plan de développement provincial. D’autre part, fournir des informations concrètes sur la politique agricole ainsi que le progrès récent réalisé dans le développement de l’agriculture, la microfinance et la lutte contre la pauvreté en RDC. Cette journée scientifique a connu la participation active des étudiants et du personnel scientifique de l’ULPGL, les représentants des institutions publiques et privées ainsi que des représentants de la société civile de la ville de Goma

Mme Denise Kavira Masingo,

Assistante à la faculté des sciences économiques et de gestion de l’ULPGL.

Print Friendly